2015 devrait être un grand crû

Les douze mois qui se sont écoulés auront aussi permis à la ffgolf de mener une grande enquête sur les pratiques des clubs de golf en matière d’utilisation de produits phytosanitaires. Celle-ci devrait déboucher sur un rapport destiné aux clubs présentant des préconisations très précises. Ces dernières figureront notamment dans un « guide de gestion environnementale des espaces golfiques », destiné aux pratiquants et dans lequel seront détaillés les comportements « vertueux » en matière de respect des parcours et de l’environnement. Mais le début de l’année 2015 débutera par la signature d’une convention originale entre la ffgolf et l’Agence de l’eau du bassin Loire-Bretagne.

2015-devrait-etre-un-grand-cru_slide

En termes d’environnement, l’année 2014 aura été celle du travail de l’ombre qui devrait produire ses fruits en 2015.

 

2014 aura donc été l’occasion pour la ffgolf de mettre sur pied plusieurs opérations et différents partenariats dans le domaine de la préservation de l’environnement. « Il sagit pour nous de communiquer en direction des clubs mais surtout de les aider dans leurs démarches dinvestissements dans le but de mieux gérer leur consommation deau et leur recours aux différents intrants, produits phytosanitaires et fertilisants », explique Thomas Charrier, chargé sous l’égide de Pierre Lasfargue de l’animation de la commission environnement présidée par Léon Petit, et du déploiement des actions fédérales dans le cadre de Charte Nationale golf et environnement.

L’opération phare sera une convention, qui devrait être signée le 14 janvier, entre la ffgolf et l’Agence de l’eau Loire-Bretagne qui couvre un territoire sur lequel 150 clubs de golf sont implantés. Ce partenariat permettra aux golfs qui le souhaitent de voir subventionner par cette Agence de l’eau toutes études et travaux destinés à réduire leur consommation d’eau et d’intrants.

Les études techniques permettant de faire un état des lieux de ces consommations, réalisées par des bureaux spécialisés, pourront être subventionnées à hauteur de 50 %. A partir de ces diagnostics, les travaux engagés pourront eux aussi être subventionnés grâce à des aides représentant entre 20 % et 50 % du montant des travaux, avec un plafond cependant de 200 000 euros.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article de Jean-Louis Aragon
pour la ffgolf ici.

Publicités