Le trou le plus dingue de la planète golf

Loin, très loin de l’image un peu coincée que le golf véhicule encore, de moins en moins espérons-le, le Waste Management Phoenix Open qui démarre demain est l’occasion du plus grand rassemblement de fans aux Etats-Unis.

7392504-11385388

Installé sur le TPC Scottsdale depuis 1987, le Phoenix Open est le tournoi qui réunit le plus de spectateurs sur le circuit américain. Malgré une rude concurrence, il se déroule le week-end du Super Bowl, l’évènement sportif n°1 aux USA, l’événement attire chaque année une moyenne de 500.000 spectateurs. L’an passé, rien que pour la journée du samedi, ils étaient près de 190.000 à déambuler le longs des fairways du Tournament Players Club.

En 2002, année où le championnat de football américain tombait à une autre date, 119.600 fans s’étaient précipités le dimanche pour assister à la victoire de Chris DiMarco. Le tout dans une ambiance qui ressemble plus à celle de la Foire du Trône qu’a celle du regretté Trophée Lancôme.

 

C’est notamment le cas sur le trou n°16. Un petit Par 3 ceinturé de gradins où peuvent prendre place quelques 25.000 fans déchaînés. Et gare aux joueurs qui ratent leur coup. Sous les huées du public ils n’ont alors plus qu’une envie. Celle de terminer le trou le plus vite possible pour retrouver un peu de calme sur le départ du 17.

En revanche celui qui « plante le mât » ou, mieux encore, celui qui réussit un « hole in one » comme l’Australien Jarrod Lyle en 2011 ou bien encore Tiger Woods en 1997, est assuré d’être ovationné comme une star de rock à sa sortie de scène.

Cela faisait bien longtemps que Tiger Woods n’était pas venu à Phoenix. Il est vrai qu’un excité avait tenté de lui balancer des oranges et, pire encore, un désaxé avait même été arrêté alors qu’il tentait de s’approcher de lui avec une arme dans la poche. Oublié ces incidents, demain le Tigre fera sa rentrée 2015 sur les fairways du TPC Scottsdale. You da man ! Get in the hole…..

Un article de My Golfweb.

AnnuaireduGolf-logoPour égaler Woods, entraînez-vous dans l’un des clubs de l’Annuaire du Golf…

Publicités

Un homme de 103 an réussit un trou en un

A 103 ans, ce golfeur américain a réussi un coup magistral. Il est devenu le plus vieux joueur à avoir réussi un trou en un, battant le précédent record d’une femme de 102 ans, établit en 2007.

golf-Gus-Andreone-103-ans-e1419252684709

Il s’appelle Gus Andreone. Son nom ne vous dira surement rien, mais il est célèbre depuis quelques jours grâce à son incroyable exploit du 18 décembre dernier.

Cet homme âgé de 103 ans a enregistré le huitième ace de sa carrière (depuis 1939) sur 113 yards. Il a pris son tee-ball sur le 14e trou du parcours Lacs au Palm Aire Country Club à Sarasota, en Floride.

Et croyez-le ou non, Andreone assure jouer encore au golf trois fois par semaine : « Je jouerai aussi longtemps que je le pourrai. Aussi longtemps que je peux faire un swing, même si je ne dois jouer que trois ou quatre trous. »

Si cette belle performance est digne de tous les honneurs du à un record, pour Gus Andreone, qui ne cesse de faire parler de lui depuis plusieurs jours aux Etats-Unis, ce n’était pas aussi spécial que ça :« Je ne peux pas dire que j’ai senti quelque chose de différent. J’ai senti que c’était juste un autre trou en un de plus … «

En tout cas, il a effacé le record établi par Elsie McLean, connue jusqu’alors comme la plus vieille joueuse de golf à réussir un trou-en-un, en 2007 au Bidwell Park Golf. Elle avait alors 102 ans.

 

Un article de 1001sports à relire ici.

Le trickshot de la semaine : le putt aller/retour

EXPLOIT – Un golfeur réalise un putt complètement fou
long de 55 mètres.

Un joueur de golf, vraisemblablement dénommé Greg, a réussi un coup roulé exceptionnel. Putter en main, sur le green, alors que se présente face à lui un putt d’un petit mètre plutôt anodin,
il décide d’opter pour une trajectoire… différente.

Filmé par un smartphone, le résultat est stupéfiant !
La balle tombe au fond du trou tout naturellement.
Joli montage ou réel exploit, difficile de confirmer mais on peut croire qu’il ne choisirait sûrement pas cette option pour un putt qui pourrait donner la victoire.

Tous les chemins mènent à Rome, ou au trou.

Via le Journal de Montréal
Retrouvez l’article de Romain Muraille ici.

AnnuaireduGolf-logo