Joanna Klatten à la conquête de l’Amérique… Un article de Alyette Debray-Maudy

INTERVIEW – 99ème au classement du LPGA en 2014, la golfeuse de Saint-Cloud obtient ainsi, à 29 ans, son sésame pour jouer à plein temps sur le circuit « roi » du golf féminin, en 2015. Installation sur le sol américain, changement de coach, objectif pour la saison à venir… Elle nous parle de sa nouvelle vie.

20141105PHOWWW00001

La Française Joanna Klatten, pensionnaire à temps plein du LPGA en 2015. (F.Froger / D4s)

Comment avez-vous vécu cette première expérience sur le circuit US ?
Plutôt bien. Je me suis adaptée sans trop de difficultés, contrairement à certaines joueuses françaises, car j’ai déjà vécu quatre ans et demi aux Etats-Unis (diplômée en Business Administration and Marketing au collège de Charleston, puis Georgia State University). Je connais bien leur culture, je parle couramment anglais et je suis quelqu’un d’assez ouverte. Golfiquement, le niveau est clairement plus relevé qu’en Europe car les gains, cinq fois plus importants, attirent logiquement les meilleures joueuses du monde. Malgré l’enjeu, l’esprit est bon et fairplay. Si vous faites une bonne performance, la semaine suivante plusieurs joueuses viennent gentiment vers vous pour vous féliciter. Je n’ai pas encore noué de relations plus amicales avec certaines mais je m’entends bien avec tout le monde. Je suis quelqu’un d’assez facile, j’évite les conflits et je cherche toujours les qualités des unes et des autres.

En quoi les parcours sont-ils différents de ceux du circuit européen ?
Ils sont plus longs, mieux défendus, les roughs sont plus épais et les greens sont nettement plus rapides. Autour des greens, il y a aussi beaucoup de bunkers et des roughs très denses, ce qui m’a valu pas mal de soucis au chipping, à mes débuts. C’était beaucoup plus difficile et je n’avais vraiment pas l’habitude.

Quel compartiment du jeu devez-vous donc améliorer pour mieux scorer sur ce type de tracé ?
Clairement mon petit jeu. Ce qui est d’ailleurs la force des Coréennes. En général en tête du classement, on retrouve celles qui ont un excellent petit jeu, comme Inbee Park, ou celles qui frappent droit et fort, comme Lexi Thompson.

Vous avez donc décidé de prendre un nouveau coach…
américain ! Pourquoi avoir pris une telle décision ?
J’avais besoin de renouveau. J’ai travaillé quatre ans avec Cédric Doucet, au Golf de Saint-Cloud. Il m’a énormément apporté et permis d’atteindre un bon niveau en Europe. Mais depuis quelques mois, je stagnais, j’étais moins motivée et de plus en plus frustrée par mon golf… A tel point que je me demandais si je n’avais pas atteint mon meilleur. Au mois d’août denier, j’avais une semaine de break à Dallas. Sur les conseils de Brittany Lang, une joueuse du LPGA, je suis allée voir Randy Smith, un entraineur d’une cinquantaine d’années qui suit des joueurs comme Ryan Palmer, Gonzalo Fernandez Castano ou Justin Léonard. Le premier contact a été excellent. Il est assez simple dans son discours, n’insiste pas trop sur la technique mais cherche plutôt à développer le feeling, comme le faisait Paul Galitzine, mon premier coach, de 8 à 25 ans.

Avez-vous déjà bien travaillé ensemble ?
On a déjà beaucoup amélioré mon wedging et, cet hiver, nous apporterons quelques changements au niveau de mon swing, mais très subtils. Randy Smith ne souhaite pas casser le naturel de mon golf et cherche à exploiter au maximum ma puissance, qu’il trouve exceptionnelle.[…]

Vous verra-t-on parfois en Europe ?
Oui, je continuerai à y jouer quelques tournois, comme les Majeurs (Ricoh Womens British Open, Evian Championship), le Lacoste Ladies Open de France et les épreuves disputées en Australie et en Chine, à Mission Hills. J’essaierai de rentrer en France une semaine tous les deux mois.

Quels sont vos objectifs pour 2015 ?
Finir dans le top 60 à l’ordre du mérite américain. C’est un objectif élevé mais avec l’aide de Randy Smith, avec beaucoup de travail et de rigueur je suis convaincue que c’est possible.

 

Retrouvez l’intégralité de cet interview intimiste avec Joanna Klatten
sur lefigaro.fr

 

AnnuaireduGolf-logo

Publicités