2015 devrait être un grand crû

Les douze mois qui se sont écoulés auront aussi permis à la ffgolf de mener une grande enquête sur les pratiques des clubs de golf en matière d’utilisation de produits phytosanitaires. Celle-ci devrait déboucher sur un rapport destiné aux clubs présentant des préconisations très précises. Ces dernières figureront notamment dans un « guide de gestion environnementale des espaces golfiques », destiné aux pratiquants et dans lequel seront détaillés les comportements « vertueux » en matière de respect des parcours et de l’environnement. Mais le début de l’année 2015 débutera par la signature d’une convention originale entre la ffgolf et l’Agence de l’eau du bassin Loire-Bretagne.

2015-devrait-etre-un-grand-cru_slide

En termes d’environnement, l’année 2014 aura été celle du travail de l’ombre qui devrait produire ses fruits en 2015.

 

2014 aura donc été l’occasion pour la ffgolf de mettre sur pied plusieurs opérations et différents partenariats dans le domaine de la préservation de l’environnement. « Il sagit pour nous de communiquer en direction des clubs mais surtout de les aider dans leurs démarches dinvestissements dans le but de mieux gérer leur consommation deau et leur recours aux différents intrants, produits phytosanitaires et fertilisants », explique Thomas Charrier, chargé sous l’égide de Pierre Lasfargue de l’animation de la commission environnement présidée par Léon Petit, et du déploiement des actions fédérales dans le cadre de Charte Nationale golf et environnement.

L’opération phare sera une convention, qui devrait être signée le 14 janvier, entre la ffgolf et l’Agence de l’eau Loire-Bretagne qui couvre un territoire sur lequel 150 clubs de golf sont implantés. Ce partenariat permettra aux golfs qui le souhaitent de voir subventionner par cette Agence de l’eau toutes études et travaux destinés à réduire leur consommation d’eau et d’intrants.

Les études techniques permettant de faire un état des lieux de ces consommations, réalisées par des bureaux spécialisés, pourront être subventionnées à hauteur de 50 %. A partir de ces diagnostics, les travaux engagés pourront eux aussi être subventionnés grâce à des aides représentant entre 20 % et 50 % du montant des travaux, avec un plafond cependant de 200 000 euros.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article de Jean-Louis Aragon
pour la ffgolf ici.

Un homme de 103 an réussit un trou en un

A 103 ans, ce golfeur américain a réussi un coup magistral. Il est devenu le plus vieux joueur à avoir réussi un trou en un, battant le précédent record d’une femme de 102 ans, établit en 2007.

golf-Gus-Andreone-103-ans-e1419252684709

Il s’appelle Gus Andreone. Son nom ne vous dira surement rien, mais il est célèbre depuis quelques jours grâce à son incroyable exploit du 18 décembre dernier.

Cet homme âgé de 103 ans a enregistré le huitième ace de sa carrière (depuis 1939) sur 113 yards. Il a pris son tee-ball sur le 14e trou du parcours Lacs au Palm Aire Country Club à Sarasota, en Floride.

Et croyez-le ou non, Andreone assure jouer encore au golf trois fois par semaine : « Je jouerai aussi longtemps que je le pourrai. Aussi longtemps que je peux faire un swing, même si je ne dois jouer que trois ou quatre trous. »

Si cette belle performance est digne de tous les honneurs du à un record, pour Gus Andreone, qui ne cesse de faire parler de lui depuis plusieurs jours aux Etats-Unis, ce n’était pas aussi spécial que ça :« Je ne peux pas dire que j’ai senti quelque chose de différent. J’ai senti que c’était juste un autre trou en un de plus … «

En tout cas, il a effacé le record établi par Elsie McLean, connue jusqu’alors comme la plus vieille joueuse de golf à réussir un trou-en-un, en 2007 au Bidwell Park Golf. Elle avait alors 102 ans.

 

Un article de 1001sports à relire ici.

Améliorer son roulé… en écoutant du jazz

ETUDE – Ce n’est plus un secret: la musique permet d’améliorer ses performances dans de nombreux domaines, mais il semblerait que le jazz soit le genre le plus approprié pour développer ses capacités sur les greens, selon des chercheurs de l’université de Clarkson à
New York.

20141117-114507-g

Golfer en silence produirait les pires résultats, selon l’étude. Photo Fotolia

«D’autres recherches ont montré que le country améliorait les capacités du frappeur (au baseball, NDLR), le rap les tirs en suspension (au basketball, NDLR) et que la musique rapide bénéficiait aux coureurs, explique Ali Boolani, professeur-assistant à Clarkson. Mais on ne connaissait que très peu les bienfaits de la musique sur les mouvements de motricité fine. Nous espérons avoir franchi un premier pas pour répondre à cette question.»

Pour mener cette étude, le professeur Boolani a fait appel à 22 golfeurs, ayant au moins huit ans d’expérience de ce sport et tous habitués à la compétition universitaire américaine. Ils étaient âgés en moyenne de 20 ans.

Chacun devait faire un parcours de six trous avec cinq tentatives de putts possibles à différents endroits prédéfinis sur le green.

On leur a demandé de putter en écoutant chacun des genres musicaux suivants: classique, country, rock, jazz, hip-hop ou en silence.

Il ressort des analyses statistiques que le jazz serait le genre le plus efficace pour mettre la balle dans le trou, devant le rock, le country, le classique et le hip-hop. Et manier son putter sans musique semble produire les pires résultats.

Cette étude est parue dans le Journal of Athletic Enhancement.

Article de RelaxNews ici.

AnnuaireduGolf-logo

Le trickshot de la semaine : le putt aller/retour

EXPLOIT – Un golfeur réalise un putt complètement fou
long de 55 mètres.

Un joueur de golf, vraisemblablement dénommé Greg, a réussi un coup roulé exceptionnel. Putter en main, sur le green, alors que se présente face à lui un putt d’un petit mètre plutôt anodin,
il décide d’opter pour une trajectoire… différente.

Filmé par un smartphone, le résultat est stupéfiant !
La balle tombe au fond du trou tout naturellement.
Joli montage ou réel exploit, difficile de confirmer mais on peut croire qu’il ne choisirait sûrement pas cette option pour un putt qui pourrait donner la victoire.

Tous les chemins mènent à Rome, ou au trou.

Via le Journal de Montréal
Retrouvez l’article de Romain Muraille ici.

AnnuaireduGolf-logo

Joanna Klatten à la conquête de l’Amérique… Un article de Alyette Debray-Maudy

INTERVIEW – 99ème au classement du LPGA en 2014, la golfeuse de Saint-Cloud obtient ainsi, à 29 ans, son sésame pour jouer à plein temps sur le circuit « roi » du golf féminin, en 2015. Installation sur le sol américain, changement de coach, objectif pour la saison à venir… Elle nous parle de sa nouvelle vie.

20141105PHOWWW00001

La Française Joanna Klatten, pensionnaire à temps plein du LPGA en 2015. (F.Froger / D4s)

Comment avez-vous vécu cette première expérience sur le circuit US ?
Plutôt bien. Je me suis adaptée sans trop de difficultés, contrairement à certaines joueuses françaises, car j’ai déjà vécu quatre ans et demi aux Etats-Unis (diplômée en Business Administration and Marketing au collège de Charleston, puis Georgia State University). Je connais bien leur culture, je parle couramment anglais et je suis quelqu’un d’assez ouverte. Golfiquement, le niveau est clairement plus relevé qu’en Europe car les gains, cinq fois plus importants, attirent logiquement les meilleures joueuses du monde. Malgré l’enjeu, l’esprit est bon et fairplay. Si vous faites une bonne performance, la semaine suivante plusieurs joueuses viennent gentiment vers vous pour vous féliciter. Je n’ai pas encore noué de relations plus amicales avec certaines mais je m’entends bien avec tout le monde. Je suis quelqu’un d’assez facile, j’évite les conflits et je cherche toujours les qualités des unes et des autres.

En quoi les parcours sont-ils différents de ceux du circuit européen ?
Ils sont plus longs, mieux défendus, les roughs sont plus épais et les greens sont nettement plus rapides. Autour des greens, il y a aussi beaucoup de bunkers et des roughs très denses, ce qui m’a valu pas mal de soucis au chipping, à mes débuts. C’était beaucoup plus difficile et je n’avais vraiment pas l’habitude.

Quel compartiment du jeu devez-vous donc améliorer pour mieux scorer sur ce type de tracé ?
Clairement mon petit jeu. Ce qui est d’ailleurs la force des Coréennes. En général en tête du classement, on retrouve celles qui ont un excellent petit jeu, comme Inbee Park, ou celles qui frappent droit et fort, comme Lexi Thompson.

Vous avez donc décidé de prendre un nouveau coach…
américain ! Pourquoi avoir pris une telle décision ?
J’avais besoin de renouveau. J’ai travaillé quatre ans avec Cédric Doucet, au Golf de Saint-Cloud. Il m’a énormément apporté et permis d’atteindre un bon niveau en Europe. Mais depuis quelques mois, je stagnais, j’étais moins motivée et de plus en plus frustrée par mon golf… A tel point que je me demandais si je n’avais pas atteint mon meilleur. Au mois d’août denier, j’avais une semaine de break à Dallas. Sur les conseils de Brittany Lang, une joueuse du LPGA, je suis allée voir Randy Smith, un entraineur d’une cinquantaine d’années qui suit des joueurs comme Ryan Palmer, Gonzalo Fernandez Castano ou Justin Léonard. Le premier contact a été excellent. Il est assez simple dans son discours, n’insiste pas trop sur la technique mais cherche plutôt à développer le feeling, comme le faisait Paul Galitzine, mon premier coach, de 8 à 25 ans.

Avez-vous déjà bien travaillé ensemble ?
On a déjà beaucoup amélioré mon wedging et, cet hiver, nous apporterons quelques changements au niveau de mon swing, mais très subtils. Randy Smith ne souhaite pas casser le naturel de mon golf et cherche à exploiter au maximum ma puissance, qu’il trouve exceptionnelle.[…]

Vous verra-t-on parfois en Europe ?
Oui, je continuerai à y jouer quelques tournois, comme les Majeurs (Ricoh Womens British Open, Evian Championship), le Lacoste Ladies Open de France et les épreuves disputées en Australie et en Chine, à Mission Hills. J’essaierai de rentrer en France une semaine tous les deux mois.

Quels sont vos objectifs pour 2015 ?
Finir dans le top 60 à l’ordre du mérite américain. C’est un objectif élevé mais avec l’aide de Randy Smith, avec beaucoup de travail et de rigueur je suis convaincue que c’est possible.

 

Retrouvez l’intégralité de cet interview intimiste avec Joanna Klatten
sur lefigaro.fr

 

AnnuaireduGolf-logo

Bienvenue sur le blog de l’annuaire du golf…

Chers ami(e)s golfeur(e)s,

Nous serons heureux de partager avec vous sur ce blog  l’actualité loisir et professionnelle de la filière golf.
Vous faire découvrir des parcours, présenter en exclusivité les offres promotionnelles de nos partenaires, vous dévoiler des interviews avec des professionnels…

Le blog du golf est une édition de l’Annuaire du Golf.

Nouveau venu dans cet univers, nous souhaitons proposer un site ouvert à tous, un annuaire en ligne avec une densité d’informations importante : 
clubs, parcours, magasins, fabricants, voyagistes, etc.

AnnuaireduGolf-logo

Bonne visite !